Autisme et TSA : Quelles réalités pour les parents au Québec ?

Par : Émilie Robert, c.o.

parents TSA

Récemment,  j’ai pu mettre la main sur deux ouvrages québécois très intéressants, écrits par des chercheurs de l’UQAM et qui abordent le sujet de l’autisme sous un angle différent.

 

Le premier, Autisme et TSA : Quelles réalités pour les parents au Québec ? (Catherine Des Rivières-Pigeon et Isabelle Courcy, Presses de l’Université du Québec, 2017) présente les résultats de quatre recherches effectuées par des chercheurs de l’UQAM. Deux de ces recherches avaient pour objet la santé et les conditions de vie des parents. Les deux autres recherches portaient sur les effets de l’ICI (intervention comportementale intensive), qui est la principale méthode d’intervention utilisée au Québec pour aider les enfants autistes à développer des habiletés sociales et de communication. Pour une intervenante comme moi, il est très intéressant de connaître le point de vue des parents ainsi que l’expérience qu’ils ont vécue lorsque leur enfant était jeune. Plusieurs parents me parlent des défis et difficultés qu’ils vivent avec leur enfant autiste à travers les différentes étapes de leur développement. Ce livre permet de comprendre la fréquente détresse des parents et les moyens d’y remédier. Il est écrit de manière accessible et propose plusieurs pistes de solution.

L’art de tatouer à la main

Par Sebastien Lalonde

***********************************************************************

Début septembre dernier, j’ai eu mon premier tatouage! Une heure et demi à souffrir pour marquer ma peau d’un symbole qui me tenait particulièrement à cœur. Avant cela, j’ai pris la peine de faire plusieurs recherches pour m’assurer des mesures à suivre ou simplement du tatouage en général. La signification, les soins, les différents styles etc. Pendant mes recherches, je suis tombé sur une méthode de tatouage qui m’a beaucoup intrigué et que j’aimerais partager ici : le handpoke tattoo.

Il s’agit d’une méthode de tatouage qui ne nécessite pas de machine, tout se fait à l’aide d’une simple aiguille. Le tatoueur piquera lui-même dans la peau à une fréquence d’environ 80 coups à la minute (une machine peut aller jusqu’à 3000 coups/minutes). Vous vous doutez donc que le temps de réalisation d’un tatouage à l’aide de cette technique est beaucoup plus long, évidemment. Par contre, la peau est moins agressée et va donc guérir plus vite.

Handpoke tattoo
Montage photo par : Sebastien Lalonde

J’ai moi-même tenté de faire du handpoke tattoo pour m’amuser (sur des oranges, pas sur ma peau) et le résultat est vraiment sympa et c’est très amusant à faire. Peut-être même que je me laisserais tenter par un tatouage fait à l’aide de cette technique un jour. Je vais prendre le temps de laisser guérir mon premier tatouage avant de penser à m’en faire faire un autre par contre.

Les étudiants du site Autistes au collégial gagnent un prix de la Fédération québécoise de l’autisme

C’est avec joie et fierté que les étudiants qui participent au projet Lunatic/ Autistes au collégial ont reçu le Prix Gilbert-Leroux de la Fédération québécoise de l’autisme (FQA). Ce prix récompense un projet scolaire qui favorise le développement de l’autonomie des personnes autistes et souligne la persévérance et la réussite éducative d’étudiants autistes qui fréquentent un établissement scolaire.

image6

Trois représentants du groupe, accompagnés de la conseillère d’orientation Émilie Robert, se sont rendus à Québec le 27 mai 2017 pour recevoir le prix, lors de la journée annuelle de la FQA.

C’est le 3e prix que le groupe Lunatic/Autistes au collégial remporte depuis son lancement en 2013. Il a gagné le prix Forces Avenir dans la catégorie Société, communication, éducation et politique en 2014 et le Prix Forum jeunesse Laval du Concours québécois en entrepreneuriat en 2014.

Toutes nos félicitations aux participants actuels et aux anciens qui ont contribué à cette belle réussite !

Alex Fierro (Magnus Chase et les dieux d’Asgard)

Par Sebastien Lalonde

*************************************************************************************

Alex Fierro (Magnus Chase et les dieux d'Asgard)
Création graphique par Sebastien Lalonde

Rick Riordan est sans aucun doute l’un de mes auteurs préférés. C’est pourquoi j’ai tout de suite été enthousiasmé lorsque j’ai appris que la suite de sa série sur la mythologie nordique était enfin sortie en français. Au début, le tome ne m’intéressait pas plus que ça, ayant été depuis longtemps conquis par les précédentes séries de l’auteur. Puis, je découvris un personnage qui me plut dès les premières lignes de son apparition.

Alex Fierro, fille ou fils de Loki, est un/une ado s’identifiant comme fluide dans le genre. C’est-à-dire que dépendamment des jours ou des moments, il/elle s’identifiera plus en homme ou en femme. De plus, Alex est un personnage au caractère fort qui n’hésite pas à dire ce qu’il/elle pense et va tout faire pour résister à l’influence de son père et va vouloir à tout prix mener sa vie comme il/elle l’entend.

Au travers de ce personnage, Rick Riordan explique très bien les enjeux de la communauté trans et ce que doivent endurer certains d’entre eux ainsi que leurs sentiments par rapport à leur identité. Il réussit également à nous présenter, une fois de plus, un personnage féminin fort et indépendant.

 

Louis T vu par Olivier T.

Par Olivier Tessier

*************************************************************************************

Dans le cadre du congé de Pâques (et de mes 18 ans), mes parents nous ont amenés, moi et mon frère, à Québec pour voir un humoriste ayant le syndrome d’Asperger, Louis T.

800px-Louis_Tremblay

Le spectacle, intitulé «Objectivement parlant», était divisé en deux parties. La première, destinée à réchauffer le public, était animée par Eddy King, un humoriste québécois d’origine française ayant de la parenté au Congo. Par ailleurs, j’ai pu remarquer son accent français. À un certain moment, il a fait une blague à propos de P.K. Subban et des séries éliminatoires de la LNH. En effet, il a affirmé que, suite à l’échange du hockeyeur vers Nashville, il aurait contacté sa parenté au Congo pour recruter des sorciers qui empêcheront le Canadien de gagner. Il a même dit, pour sa prévision des quarts de finale, «Rangers en 3 [matchs]!». Pour un réchauffement du public, c’était très réussi, M. King.

L’autiste qui brille sur scène

Vient ensuite l’autre partie, animée par LE Louis T. Il a abordé plusieurs thèmes, dont l’ingénierie, la mortalité au Canada et la situation politique du Québec. Mais, à mon avis, le sujet le mieux décrit est l’autisme. Ayant lui-même cet état, il nous montrait le spectre de l’autisme, de ceux de haut niveau (comme lui et moi) aux «Gna-gna-gnas», moquant les autistes de bas niveau. Mais ce n’était pas vraiment une insulte contre eux. Il s’agissait, selon moi, d’un moyen humoristique de les aborder. Louis T a même blagué sur sa condition, en justifiant chaque acte «bizarre» par son «papier du médecin». De plus, lorsqu’il parlait de mortalité canadienne, il a commenté, avant de les présenter, les données de Statistiques Canada en disant «Faites confiance aux nombres, je suis autiste». Il faisait référence à l’intelligence «supérieure» de certains autistes.

Petite anecdote

Lors de ses opinions comiques sur l’ingénierie, il a demandé au public s’il se souvenait des dépassements des coûts lors de la construction du métro de Laval dans les années 1980. Étant né en 1999, je n’avais jamais entendu parler de cet incident. Pour jouer mon petit comique, j’ai répondu «non» en pensant qu’il n’allait pas m’entendre. À ma grande surprise, Louis a répliqué «Bon, alors on passe à autre chose». Par déduction, j’ai constaté qu’il m’avait bel et bien entendu. Je n’avais jamais pensé que cet humoriste possédait une ouïe fine.

Pour conclure, j’aimerais souligner que, contrairement aux stéréotypes, ce ne sont pas tous les autistes qui ont de la difficulté en ce qui est des contacts sociaux. En effet, Louis T n’avait aucun problème ni gêne à interagir avec son public. De plus, ce n’est pas le «papier du médecin» qui va l’empêcher de nous faire rire et réfléchir sur le spectre de l’autisme. Je souhaite aussi, à ceux ayant cette condition et l’ambition de poursuivre leurs objectifs, une réussite immensurable. Et faites-moi confiance, je suis autiste.

Les participants du Lunatic à la télévision en 2014

Au printemps 2014, les participants du Magazine Lunatic avaient été interviewés dans le cadre d’une émission de télévision de Radio-Canada, Alors on jase.

L’équipe du site Autistes au collégial a acquis auprès des archives de Radio-Canada le segment de cette émission qui concerne le magazine Lunatic.

On vous présente ici l’extrait vidéo de l’émission. Le reportage est intéressant, car il donne la parole aux premiers participants du Lunatic. Ils ont pu parler de ce que leur apporte la participation au magazine, de même que de leur expérience en tant que personne autiste.

Toutefois, en préambule au reportage, l’animatrice Louise Deschâtelets présente ce qu’est le trouble du spectre de l’autisme d’une manière très générale et peu nuancée. Nous comprenons qu’elle s’adressait au grand public et que l’autisme est un phénomène complexe qui nécessite plusieurs nuances. Nous avisons donc l’auditeur que les propos de Mme Deschâtelets ne reflètent pas tout à fait la réalité des participants au site Web Autistes au Collégial. Nous suggérons de s’attarder davantage au témoignage de l’étudiante Élise Robert-Huet, qui présente très bien ce que vivent les jeunes autistes au collégial.

Comment outiller le jeune autiste dans son choix de carrière?

Par Émilie Robert, c.o.

J’ai eu l’occasion de participer à une émission de radio sur le sujet du choix de carrière des jeunes autistes. L’émission Portrait de famille, diffusé sur la chaîne Canal M, s’adresse aux personnes en situation de handicap et invite des parents et leurs enfants vivant des difficultés particulières à s’exprimer sur leur réalité. Des spécialistes sont également invités à se joindre à la discussion et à partager leurs connaissances sur le sujet. Le 1er mars étant une date importante dans les choix scolaires et professionnels des jeunes, Paul-St-Germain et son fils autiste, Charles, nous ont parlé à la fois de leur vie familiale et des projets d’avenir du jeune homme autiste de 19 ans.

charles-et-paul-saint-germain
Paul St-Germain et son fils Charles, jeune homme autiste de 19 ans

Pour en savoir plus, voici le lien vers le site web de  l’émission :  http://bit.ly/2kN9u50

Pour plus d’informations sur les émissions de radio du Canal M : http://canalm.vuesetvoix.com/

L’autisme expliqué aux non-autistes

Par : Émilie Robert, c.o.

autisme-explique-aux-nonautistesUn nouveau livre sur l’autisme paraîtra sous peu aux éditions du Trécarré, signé par des personnalités connues du monde de l’autisme au Québec. Lise St-Charles, intervenante auprès de personnes autistes et cofondatrice du regroupement SACCADE a coécrit L’Autisme expliqué aux non-autistes avec Brigitte Harrisson, adulte autiste bien connue du public grâce à ses nombreux livres et conférences sur le sujet. L’objectif du livre est de faire connaitre l’autisme en tant que façon d’être plutôt qu’une déficience. Sous forme de questions-réponses, les auteures tentent de démythifier les troubles de spectre de l’autisme (TSA), appuyées par des anecdotes personnelles de Mme Harrisson et de l’auteure à succès Kim Thúy, mère d’un enfant autiste.

L’ouvrage paraîtra au courant du mois de mars. À lire !