Captif

Erix couleur

J’ai fini par ouvrir les yeux. Je me rappelais avoir prévenu mes amis que j’allais nous chercher de quoi manger puis, plus rien. J’espérais qu’il ne leur soit rien arrivé. Une douleur vive partant de l’arrière de ma tête se répandait par vague dans le reste de mon corps. Je ne reconnaissais pas l’endroit où j’étais et lorsque j’ai tenté de me lever, j’ai réalisé que mes mains étaient attachées dans mon dos, coincées contre la chaise sur laquelle j’étais. L’épaisse corde me retenant frottait contre mon poignet gauche, le brulant au passage. Un verre de mes lunettes était maintenant fendu, mais j’arrivais tout de même à voir. En regardant autour de moi, j’ai pu constater que je me trouvais dans ce qui semblait être un débarras encombré de caisses et de sacs, probablement en sous-sol étant donné l’absence de fenêtre. Une ampoule diffusant une lumière crue se balançait au-dessus de ma tête. Je tentais en vain de me libérer de mes liens lorsque j’entendis du bruit derrière la porte à l’autre bout de la pièce. Le panneau finit par s’ouvrir, laissant entrer un homme immense à la peau couverte de cicatrices diverses.

-Eh bien, fit-il en s’approchant de moi, cet idiot semble avoir réussi à capturer le célèbre Erix Kanerva. À moins que tu ne sois pas lui, dans ce cas, je devrai te tuer avec celui qui t’a amené ici.

Qui voulait-il que je sois d’autre? Il en connaissait beaucoup des jeunes ayant les cheveux blancs et le bras droit remplacé par une prothèse mécanique? Je me suis retenu de lui faire la remarque. Il savait très bien qui j’étais et semblait y prendre plaisir. Je le fixais en silence pour qu’il continue à parler.

-T’as perdu ta langue en même temps que ton bras ou quoi? Pourquoi tu dis rien?

En disant cela, il m’avait agrippé la mâchoire de sa main calleuse, son pouce à moins d’un centimètre de ma bouche. Je me suis retenu de le mordre, préférant simplement dégager ma tête à la place. Je sentis alors une vive douleur à la joue, mes lunettes volant vers le sol sous l’impact. Le type m’avait donné une gifle lorsque j’avais retiré ma tête de sa poigne. Génial, maintenant j’avais mal au crâne, au poignet et au visage, que pouvait-il arriver de plus? Je repris rapidement un air neutre et une contenance.

-Aïe, finis-je par lâcher.

L’homme grogna. Visiblement, ma réponse ne lui convenait pas. Il attrapa une chaise posée dans un coin et s’assit face à moi en fronçant les sourcils.

-T’as pas répondu à ma question, maugréa-t-il. Es-tu oui ou non Erix Kanerva?

Ce n’était pas une question ce qu’il avait dit plus tôt. Je risquais cependant de le fâcher encore plus en lui faisant remarquer.

-Oui c’est moi, répliquais-je. Qui êtes-vous et qu’est-ce que je fais ici?

L’homme rit devant mon interrogation. Visiblement, mon ignorance l’amusait.

-Tu n’as pas besoin de connaître mon nom petit, tout ce que tu dois savoir, c’est que tu travailles désormais pour moi.

Très précis… Néanmoins, je ne tardai pas à lâcher:

-Jamais!

Face à cette réponse, il me gifla une nouvelle fois. Un goût de sang se déversa dans ma bouche et ma vue se brouilla.

-Je ne t’ai pas demandé ton avis. Mais bon, comme tu ne veux pas coopérer, je vais devoir te donner une leçon.

En disant cela, il avait ouvert le tiroir d’une vieille commode près de lui. À l’intérieur, plusieurs seringues contenant un liquide violet s’entassaient. Il en prie une et, sans prendre la peine de se désinfecter, l’enfonça dans un de ses bras musclés. Des veines sombres apparurent alors à la surface de sa peau. Instantanément, je reconnus le contenu de la seringue. Il s’agissait d’une drogue expérimentale augmentant considérablement la force de celui qui la prenait. Elle était cependant très addictive et la sensation de manque était terrible. Quand mon ravisseur remarqua que je connaissais la substance, il sourit.

-Tu reconnais ça, hein? C’est pour que tu acceptes de faire ce qu’on te dit. Par contre, j’aime pas quand mes victimes sont trop faibles et ne se débattent pas.

Sans rien ajouter de plus, il prit une seconde seringue et me l’enfonça dans la cuisse, passant au travers de mon pantalon. Je sentis le liquide se rependre lentement sous ma peau et je lâchai un cri à cause de la douleur. Après avoir fini de m’injecter le produit, l’homme retira l’aiguille brusquement, me faisait crier à nouveau, avant de lancer la seringue contre un mur. J’entendis le verre se briser à l’impact. Mon geôlier vint alors près de moi et les liens autour de mes poignets se relâchèrent. Il m’avait libéré pour que je puisse me battre, même s’il savait bien que j’allais perdre. Cette perspective semblait d’ailleurs l’amuser.

-Je reviens dans quinze minutes, dit-il en s’éloignant. Le temps que ce que je t’ai donné fasse effet.

Il claqua ensuite la porte derrière lui et j’entendis un bruit m’indiquant qu’elle avait été verrouillée. Bon… j’étais pris au piège dans un sous-sol à attendre qu’une drogue agisse pour pouvoir me battre contre un ravisseur qui faisait bien le triple de mon poids. Je regardais autour de moi, cherchant quelque chose qui pouvait me servir d’arme. Mais non, les sacs et caisses ne contenaient que de la nourriture et les planches entassées dans un coin étaient trop grosses pour être utilisées. Je tâtais alors les poches de mon pantalon. Oui, ils étaient là, on ne me les avait pas retirés. J’avais la manie de garder un petit jeu de tournevis et de divers outils sur moi dans le cas où ma prothèse aurait un problème. Je sortis un tournevis, remonta ma manche droite et commença à travailler. Lorsque j’avais construit mon bras mécanique, j’avais fait en sorte qu’il utilise des nutriments produits par mon corps pour éviter de manquer d’énergie. Sauf que j’avais ajouté la possibilité de jouer avec ce dont ma prothèse avait besoin pour ne pas me retrouver en carence ou quelque chose dans le genre. J’allais donc pouvoir le configurer pour qu’il absorbe la drogue dans mon corps et la transforme en énergie. L’effet de manque serait alors diminué et je pouvais renforcer la puissance de mon bras plus rapidement et acquérir une force physique bien supérieure à la normale.

Le recalibrage me prit une bonne dizaine de minutes, un peu plus que ce que j’avais prévu. Au moment où je rangeais mes outils, j’entendis une clé tourner dans la serrure de la porte. J’inspirais puis expirais lentement afin de me calmer. Il fallait que je réussisse à sortir d’ici.

Texte et illustration par Sebastien Lalonde

 

Laissez nous un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s