Le feu dans l’âme

Par: Olivier Tessier

***********************************************************************

m-a-bouchard-le-feu
Création artistique: Le Feu – Marc-André Bouchard

Roger Richard est un homme plein de vie. Non seulement il occupe un excellent emploi, mais il est aussi marié à une superbe femme. Pour terminer en beauté, une fois aux deux semaines, il flambe sa mise au casino. Une vie de rêve, quoi.

Ce soir est un soir comme les autres. Il fait visiter les Forges-du-Saint-Maurice au dernier groupe brûlant de curiosité. Une fois cette tâche terminée, Roger conduit vers son logement de Trois-Rivières. Rendu chez lui, il en profite pour regarder les nouvelles. Comme d’habitude, la dame raconte qu’un incendie s’est déclaré à Montréal. «Hier, c’était à Québec, aujourd’hui c’est à Montréal.  J’imagine que demain, ce sera entre les deux» se dit le guide touristique avec une étincelle dans les yeux.

En se préparant pour dormir avec sa douce moitié, Roger aperçoit une figure louche par l’unique fenêtre de la chambre. Elle est habillée d’un noir inquiétant et s’approche dangereusement de la maison. Le mari informe sa femme, puis sort héroïquement avec un pied de biche. Pendant qu’elle appelle le 9-1-1, lui, se prépare à créer des étincelles avec la silhouette de la nuit. Éventuellement, un mètre finit par séparer le fer et l’obsidienne.

Roger Richard fixe la figure qui ne semblait avoir d’humain que l’apparence. En l’examinant avec ses yeux de taureau, il en voit clairement ses intentions. La silhouette, paralysée par les yeux démoniaques de l’ange gardien de l’habitation, tenait un bidon d’essence portatif et un briquet de camping. À ce moment-là, le chevalier improvisé brandit son épée de fer tout en poussant un cri de bataille digne des contes de fées. Le dragon noir ne pouvait combattre aussi bravement et tente de déclarer forfait le plus tôt possible. Mais Roger Richard ne le laissera pas battre en retraite aussi facilement. Il l’attrape par le collet -du moins, ce qu’il croit être son collet- et le retient en attendant les vrais héros.

Soudainement, la maison d’en face se met à produire un jeu de lumière plus intense que dans tous les casinos que Roger ait fréquenté. De plus, une chaleur inouïe complète le tandem infernal. Tout en retenant le félon noir, le héros d’un soir, voit impuissant, le triste destin auquel ce tas de bois et d’autres matériaux synthétiques était voué. Après cinq cents secondes de désolation, les combattants du feu arrivent et s’empressent de mettre un terme à cette valse endiablée.

Trois jours s’écoulent depuis cet incident. Au final, la figure obscure que retenait Roger n’est pas le pyromane. En effet, lorsque les applicateurs de la loi ont débarqué chez eux, Mme Richard a eu la pire surprise de sa vie en apprenant que les incendies de Québec, Montréal et Trois-Rivières sont liés par la seule personne qu’elle croyait incapable de tels actes.

Laissez nous un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s